L’apnéiste Denis Grosmaire à -100 mètres

15 Juin 2021

Notre ambassadeur Air Tahiti Nui Denis Grosmaire vient d’atteindre il y a quelques heures la barre mythique des 100 mètres en immersion libre. L’apnéiste, originaire de Moorea et résident à Tikehau, a réalisé cette performance dans le cadre de sa préparation à la Vertical Blue, la plus importante compétition internationale d’apnée prévue du 13 au 23 juillet prochain au Dean Blue Hole, aux Bahamas.

 

Denis Grosmaire, 43 ans, pratique l’immersion libre : il s’agit de descendre à la force des bras le long d’une corde, sans palmes, puis de remonter. Son secret « J’écoute du Angelo » nous a-t-il dit, en plus d’une préparation mentale basée sur la méditation et la visualisation.

Denis a quitté Moorea depuis quelques années pour s’installer à Tikehau où il accueille les visiteurs pour partager avec eux sa passion pour l’océan. Il se bat également pour la protection des requins à travers l’association Tore Tore et fait également de la prévention pour tenter de faire diminuer les accidents en pêche sous-marine en Polynésie.

Son objectif est désormais de réitérer son exploit pendant la Vertical Blue, ce qui lui permettra de l’homologuer, voire d’atteindre les -110 mètres qui le placeraient dans le top 15 mondial.

Parole à Denis Grosmaire :

Comment s’est déroulé le début de ton voyage ?

« Avant les Bahamas, j’étais à Dahab deux mois grâce à une autorisation de sortie exceptionnelle. J’en ai profité pour m’entrainer en vue de la Vertical Blue de cette année. L’entrainement là-bas s’est limité à -90 mètres dans le trou bleu qu’il y a aussi là-bas. Cela s’est bien passé, malgré l’eau à 22 degrés. Je suis maintenant aux Bahamas avec Thibault Guignés, champion de France. On a pas arrêté de s’entrainer, on a pris un jour de repos hier et aujourd’hui je me sentais bien, après avoir fait -96 avant-hier, aujourd’hui c’est passé à -100 mètres. »

Comment s’est passée l’immersion ?

« Tout en contrôle. On est arrivés avec Thibault à 10H au spot, il n’y avait quasiment personne. J’étais confiant, je n’ai pas eu de problème de compensation des tympans, arrivé à -40 mètres je suis parti en free-fall, j’étais bien détendu, focus sur ma compensation et ma détente. J’ai entendu l’alarme sonner à -90 mètres, je savais qu’il me restait 10 mètres à faire. Je suis arrivé en bas pour le demi-tour, j’ai esquissé un petit sourire et je suis remonté vraiment sans stress, bien relax, quasiment sans contractions. Thibault m’a fait la sécurité à -30 mètres et on est remontés tous les deux tranquilles, j’ai fait mon protocole de surface et voilà. Très belle plongée, très belles sensations. »

Ce passage de cap évoque quoi pour toi ?

« Je pense que c’est une première pour un Tahitien. Je ressens de la satisfaction. C’est super de passer cette barre mythique des 100 mètres. Il y a quelques années, on se disait qu’on allait jamais y arriver. Finalement tout est possible avec de l’entrainement et de la motivation. Je suis content de représenter Tahiti dans cette discipline. Si je fais 110 mètres je pourrais évoluer autour de la 15ème place mondiale, cela m’ouvre de nouvelles perspectives. Je suis très fier de porter les couleurs de Tahiti. »

C’est de bon augure pour la compétition ?

« Si on regarde sur le classement Aida qui est la référence mondiale, le 24ème est à -100 mètres. On est une dizaine à cette profondeur. La plongée s’est tellement bien passée que j’espère maintenant la répéter pendant les deux semaines à venir. J’aimerais tenter -110 deux-trois fois avant la compétition pour démarrer la compétition à 100 et monter ensuite sereinement pour essayer de faire un nouveau record même si je sais qu’il y aura du stress, du monde…ce ne sera vraiment pas pareil. Un immense merci à notre compagnie Air Tahtii Nui, Biolinéa et STH Marine. »