Isabelle Barbeau, arbitre de courses à voile

11 Décembre 2019

Après une carrière de sportive de haut niveau, Isabelle Barbeau est devenue arbitre pour des courses à voile en Nouvelle-Zélande, en Californie ou en métropole. Focus sur cette passionnée de sports nautiques.

Isabelle Barbeau est une ancienne sportive de haut niveau qui s’est reconvertie dans l’arbitrage. Elle a commencé à naviguer à l’âge sept ans sur optimist et depuis elle n’a pas arrêté. Elle a continué sur lazer puis elle a intégré l’équipe de France pour préparer les Jeux Olympiques de Séoul en 1988.

Elle a régaté ensuite sur une vingtaine de championnats du monde, de championnats d’Europe ou de championnats de France. Elle a obtenu plusieurs médailles aux Jeux du Pacifique et un titre de championne du monde en dériveur 470. Son dernier bon résultat, en lazer, a été une médaille de bronze aux World Master Games en Nouvelle-Zélande en 2017.

Titulaire d’un BEES voile, elle est passionnée de voile « même si ce n’est plus mon métier » a-t-elle précisé. Elle est toujours en train de « naviguer, développer des structures, conseiller, détecter et entrainer les jeunes Polynésiens… ». Elle continue de régater sur de multiples supports : dériveur, catamaran, quillard, kite ou sur son propre bateau de course, un pogo 8,5 même si elle consacre désormais une bonne partie de son temps à l’arbitrage. SB

Parole à Isabelle Barbeau :

Quelle sont tes projets pour 2020 ?

« J’ai en charge l’organisation de la partie arbitrage du Grand Prix Pacifique des Jeux qui est la finale du World Tour en Diam 24. Ce championnat se déroule en « raid » et « stadium » entre Tahiti, Moorea et les Raromatai. Il était initialement prévu en novembre 2019 avant d’être reporté en février 2020. »

Des déplacements sont également prévus à l’international ?

« Oui, je vais également arbitrer du « match racing » en Nouvelle-Zélande, notamment le championnat international « Youth match racing », ainsi que d’autres courses : le Grand Prix Atlantique en Diam 24, le Spi Ouest France, le Grand Prix de l’école Navale, le Tour de France à la voile, le championnat USA Match Racing à Long Beach, en Californie…»

Tu te consacres désormais à l’arbitrage ?

« L’arbitrage fait partie de l’aventure mais il n’est pas une finalité en soi. Mais c’est vrai que dernièrement, cela a pris une place importante. Arbitrer me permet de continuer la régate sous un autre angle. Cela me permet de continuer à apprendre beaucoup en étant au contact du haut niveau. J’ai fait également partie de l’équipe de juges internationaux qui officie sur le Tour de France à la voile et cela a été passionnant vivre cette aventure. »