carcassonne france monde visite

Carcassonne : cité de pierres, de caractère et de coeur

Dans le Sud-Ouest de la France, dans le département de l'Aude, la ville de Carcassonne abrite une cité médiévale de toute beauté, classée au patrimoine mondial depuis 1997. Un trésor architectural et historique qui n'est pcependant pas l'unique joyau de cette région riche aussi par son art de vivre et sa gastronomie.

carcassonne visite france medievale

« Lorsque je me trouve seul, alors, en face de mes piliers, de mes corniches, alors, je laisse tomber sur ces pierres muettes un regard d’amour ». C’est ce qu’a dit un jour, en substance, l’architecte Eugène Violletle-Duc à propos de la cité médiévale de Carcassonne qu’il a ardemment défendue et réhabilitée au milieu du XIXe siècle. Carcassonne est une ville discrète, installée au pied de la montagne Noire, au cœur du département de l’Aude et de la région Occitanie. Sa simplicité contraste avec la majesté de sa cité médiévale surplombant la ville sur la rive droite de l’Aude au sud-est de la ville actuelle. Elle est impressionnante : 3 km de long, 52 tours dont certaines datent de la période gallo-romaine, une double rangée de murailles, un château comtal et une superbe basilique complètent cet ensemble classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1997.

 Cette citadelle est la plus grande d’Europe et l’un des principaux sites culturels français. Elle reçoit environ 2,5 millions de visiteurs par an et se place, en termes de fréquentation, juste après un autre site emblématique français : le Mont-Saint Michel. Une fois les portiques et autres pontlevis qui encadrent son entrée passées, le visiteur évolue sur des rues pavées serpentant entre corridors étroits et places marchandes typiques de l’urbanisme du Moyen-Âge.

Au fil du chemin, entre les maisons de pierres, se multiplient les restaurants, les glaciers, les bijoutiers ou les chambres d’hôtes. Si la profusion des services peut donner le tournis au voyageur plus dévoué à la contemplation qu’au shopping, il trouvera au cœur du dédale le château comtal et une basilique dédiée à Saint-Nazaire et à Saint Celse. Chaque pas dans la cité, est, de toute façon, une part de l’histoire de l’Occitanie qui s’offre à l’observateur attentif.

Carcassonne : le récit derrière la construction de ce gigantesque ensemble

Carcassonne a une position stratégique, face aux Pyrénées et au carrefour des routes du Sud entre l’Atlantique basque et la Méditerranée. Ce sont les Romains qui, les premiers, remarquent l’importance du lieu. Ils y établissent un fort au IIIe siècle. Mais à la chute de Rome, deux siècles plus tard, Carcassonne est ballottée entre les barbares wisigoths, les Arabes puis les Francs, avant de finir dans les mains de la famille Trencavel au XIe siècle. Ce sont eux qui donnent sa première forme à ce qui allait devenir la cité médiévale que nous connaissons. Ils lèvent d’abord sur la colline de Carcassonne une église et un donjon avec une première ligne de murailles. La ville aurait pu rester un petit centre régional, passant à jamais de Trencavel en Trencavel, mais le catharisme fait rentrer Carcassonne dans la grande histoire de France.

 Il s’agit d’un mouvement religieux qui apparaît dans le sud de la France au XIIe siècle. Son hostilité pour le clergé et ses croyances déviantes du credo romain lui attireront les foudres du Pape et le frappent d’hérésie. En 1208, le Pape Innocent III déclenche une croisade contre eux. Les Trencavel prennent leur défense. Carcassonne est assiégée par les Croisés et la ville tombe en 1209. Les Trencavel dépossédés, la ville finit entre les mains de la Couronne de France qui y décide de nombreux travaux militaires. Le château comtal est agrandi et renforcé par une muraille propre. Une deuxième enceinte est construite en plus de celle déjà existante. Ces chantiers se justifient par la menace espagnole toute proche et la rébellion toujours active des partisans de la famille Trencavel.

La cité prend sa forme finale au XIVe siècle. Elle connaîtra ensuite un long déclin lié au développement économique de la basse ville et à l’obsolescence des châteaux médiévaux face à la puissance grandissante de l’artillerie. Combinée avec l’éloignement de la frontière espagnole, Carcassonne passe au second plan et la cité tombe en ruine jusqu’au XIXe siècle. Squattée, démantelée, elle sera sauvée et réhabilitée par les efforts de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, un historien habitant la ville, et d’Eugène Viollet-le-Duc, le fameux architecte à l’origine de l’institution des monuments historiques, restaurateur de génie et père de l’architecture moderne. Ce sauvetage se fait au prix de titanesques travaux de reconstruction. Commencés en 1840, ils ne s’achèveront qu’en 1913 et seulement 30 % de la citadelle est réhabilitée… Comme nous l’avons vu, la foi a une forte importance dans l’histoire de Carcassonne. La ville fût profondément marquée par la période cathare et les affres terribles de la croisade. Elle est aussi un des principaux maillons sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle et donc un lieu majeur dans la culture chrétienne française. Le visiteur ne s’étonnera donc pas de croiser  fréquemment des pèlerins au coquillage venus du monde entier dans les rues de la cité ou près du Pont-Vieux qui y mène, toisé par les tours et l’impressionnante muraille qui le surplombe. Le voyageur ressentira peut-être alors le souffle de l’Histoire en levant les yeux vers ce site médiéval hors du commun.

Carcassonne et le Sud ouest : a faire et à voir dans les environs

Il serait impossible de dresser un état complet de toutes les opportunités qu’offrent l’emblématique Carcassonne et sa région. Pour s’en convaincre, il vous suffira simplement de vous y rendre pour vous en rendre compte et de vous laisser aller à la découverte de ses trésors et ses chaleureux habitants.

La Bastide Saint-Louis de Carcassonne :

La bastide Saint-Louis, au cœur de la vieille ville et cernée par des boulevards aménagés aux XVIIIe et XIXe siècles, a gardé le tracé des rues en damier. L’ensemble présente une richesse architecturale remarquable, tant au niveau des hôtels particuliers que des édifices religieux. On y trouve, entre autres, la maison du poète Joël Bousquet (1897-1950), grand blessé de guerre. Elle était le lieu de rendez-vous de Dali, Magritte, Paul Valéry, Aragon ou encore André Gide.

Le Canal du Midi :

La ville est aussi ouverte sur le canal du Midi. Réalisé au XVIIe siècle pour relier l’Atlantique à la Méditerranée, il était autrefois utilisé pour le transport de marchandises et de personnes. Aujourd’hui fréquenté par de nombreux plaisanciers et touristes, il traverse le cœur de la ville. Depuis 1996, il est classé dans la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Il représente un parcours de plus de 240 km de voie d’eau : écluses, ponts, aqueducs, ponts-canaux que l’on peut parcourir en famille à pied, à vélo ou en bateau.

Le lac de la Cavayère :

À 10 min de Carcassonne en voiture, se trouve le lac de la Cavayère. Ce complexe de loisirs de 40 hectares, havre de repos, de fraîcheur et de détente, est idéal pour la famille. On trouve trois plages de sable et de gazon surveillées en été, des jeux aquatiques, un parcours accrobranche. L’endroit idéal pour passer un été à l’ombre et dans l’eau et pour flâner au calme hors saison ! On peut aussi faire le tour du lac à pied ou à vélo.

Le GR® 36 des châteaux cathares :

La région est traversée par le GR® 36, le GR® des châteaux cathares (NLDR : les GR®, pour sentier de grande randonnée, sont des itinéraires balisés de randonnée pédestre permettant d’effectuer des itinéraires de plusieurs jours ou semaines). Arrivant de Mazamet, il traverse l’Aude du nord au sud. C’est l’occasion de balades au grand air, une palette infinie de panoramas grandioses dans une nature sauvage et préservée, une flore et une faune d’une richesse exceptionnelle.

Gastronomie et vins à Carcassonne :

Carcassonne est un haut-lieu de la gastronomie et des produits de terroir avec la rencontre des saveurs de la Méditerranée et de la campagne. Se mélangent ainsi les fruits des vergers, les produits des maraîchages de l’Aude, les fromages de la montagne Noire et des Pyrénées, les châtaignes, truffes et autres champignons des forêts. Le plat emblématique est bien évidemment l’incontournable cassoulet. C’est Prosper Montagné (né à Carcassonne en 1865) grand chef cuisinier, auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’alimentation, la cuisine et la gastronomie qui place l’origine du cassoulet dans la ville de Castelnaudary, durant la guerre de Cent Ans (1337-1453). Durant le siège de Castelnaudary par les Anglais, les assiégés affamés auraient réuni tous les vivres disponibles (fèves et viandes), pour confectionner un gigantesque ragoût ou estofat, afin de revigorer les combattants.

Ceux-ci purent alors chasser les Anglais et libérer la ville. Inspirante région bénéficiant des ressources d’un terroir remarquable, Carcassonne compte une forte densité de grands chefs. Trois établissements sont présents dans le célèbre et incontournable guide Michelin  : Le Parc de Franck Putelat (2 étoiles), La Barbacane, et le Relais & Châteaux Le domaine d’Auriac, qui maintient son étoile depuis 39 ans maintenant. Cette cuisine de terroir est indissociable de la passion du bon vin. La région est particulièrement privilégiée par la nature : les environs de Carcassonne, c’est autant de vins que de soleil.

Le château Canet :

Domaine viticole traditionnel du XIXe siècle, il est aujourd’hui reconnu comme un des domaines « phares » du Minervois. La propriété est située à 15 min de la cité de Carcassonne. Cinquante-deux hectares de vignes, 3 hectares d’oliviers et 55 hectares de champs constituent l’ensemble enchanteur du domaine. On y aperçoit la montagne d’Alaric par-delà l’horizon.

Le domaine de Liz et Jon O'Connell :

Autre style mais même passion : au pied de la montagne Noire se trouve le domaine de Liz et Jon O’Connell, une invitation à la découverte de leurs vins dans une atmosphère conviviale. C’est aussi une bonne table de la région où les dégustations sont proposées en anglais et en français. À savourer avec modération bien sur !

Source : Magazine Reva Tahiti

Texte et photos  : Gregory Boissy